L'Eglise sous la Révolution

Prêtres réfractaires

 Nombreux sont les prêtres qui refusèrent de prêter serment de fidélité à la Constitution. Ils durent s’exiler ou se cacher : En 1789, époque de la révolution française, la paroisse de Digulleville avait pour curé Monsieur Lecoutour. Il ne voulut jamais prêter les serments demandés par la république. Il passa aux îles anglaises, et en revint dès que la tourmente se fut un peu calmée.

 

 

 D'autres choisirent de se cacher :

" Pendant la révolution, il y avait un saint prêtre nommé M. Levéel caché dans Digulleville, au village de la Chenée, chez la famille Paris, qui instruisait, baptisait, et mariait secrètement les personnes qui réclamaient son ministère. Ce digne ecclésiastique qui retourna à Jobourg après la révolution, rendit des services immenses dans la contrée, et son nom est resté en vénération jusqu’à ce jour. "

Jean Danneville – Enquête épiscopale

Et prêtres assermentés

 

 

 

D'une manière générale,  les prêtres assermentés furent fraîchement accueillis dans les campagnes...

" Pendant l’exil de M. Lecoutour, il se présenta un prêtre intrus nommé Voisin, pour exercer les fonctions de curé, mais [ … ] il n’était estimé d’aucun parti car les bons catholiques le fuyaient et les républicains s’en passaient volontiers. Si bien qu’à son départ, il ne laissa aucun regret parmi les habitants."

Jean Danneville – Archives paroissiales

Une église en piteux état

En partant, il [ Monsieur Lecoutour ] laissa l’église et le presbytère dans un état de dénuement affreux : l’église était sans ornements et presque sans autels ... L’église de Digulleville venait d’être rebâtie, moitié avant la révolution, le chœur, et moitié depuis, la nef n’avait guère que ses murailles. Le bon Monsieur Le Coutour, curé de Digulleville, avait avant la révolution, fait bâtir le chœur quasi à ses propres frais ; et après la révolution, aidé des paroissiens, il fit bâtir la nef ; mais il ne laissa en quittant la commune en 1813 guère que les murailles et la couverture et un autel sans valeur qui n’a pu être remplacé qu’en 1842.

Jean Danneville – Archives paroissiales

Et dépourvue de tout

Il n’y avait pas grand chose à dévaster dans l’église de Digulleville, car elle venait d’être rebâtie, et manquait des choses les plus nécessaires. Ce qu’il y avait fut soustrait peu à peu par un fidèle sacristain nommé Guillaume Leparmentier... L’église était pauvre s’il en fût jamais, et elle n’avait que le strict nécessaire en fait d’ornements, de vases sacrés, de livres et de meubles, impossible d’être plus pauvre.

Jean Danneville – Archives paroissiales

 

C'est peut - être lors de l'occupation de l'église par des soldats de la Garde Nationale, en 1798, que fut bûché l'écusson des Jalot dans la chapelle, ainsi que des statuettes et quelques inscriptions dans la commune.

Mairie de Digulleville

rue Dezert

50440 DIGULLEVILLE

Tél. 02 33 52 68 25 - Fax. 02 33 52 68 71

Courriel : mairiedigulleville@west-telecom.com