Digulleville vers 1890

Essai sur la natalité dans le canton de Beaumont-Hague - A. Dumont - 1893

La méridienne
Jean François Millet
La méridienne
Jean François Millet

  

Digulleville diffère profondément des autres communes à tous points de vue. La natalité y est demeurée supérieure à la moyenne française. Il est facile d’y reconnaître qu’elle est en relation étroite avec le régime de la terre et l’existence d’un véritable prolétariat agricole.

[ … ] Le sol n’y est pour rien : il est dans l’ensemble d’une qualité fort supérieure à celui des commune environnantes.

La sieste
Van Gogh
La sieste
Van Gogh

Cependant, les ruines, la désolation, la misère, affligent partout les yeux. Le village de Raumarais est entièrement abandonné, celui des Cloyes ( Clerges ? ) ne compte plus que trente habitants, tous mendiants en haillons sordides, celui de la Rivière est dans le même cas.

On se trouve en présence d’un spectacle qui n’est pas très commun en France, celui d’une population en grande partie misérable, vivant sur un sol riche, jadis habité par une population deux fois plus nombreuse et très aisée.

Millet Jean François
La laitière normande
Millet Jean François
La laitière normande

 Les deux tiers de la commune, les meilleurs fonds, appartiennent à des propriétaires résidant au dehors et sont loués à des fermiers ordinairement besogneux qui ne fournissent à la classe ouvrière que peu de travail et à de médiocres conditions. Aussi les jeunes émigrent – ils, tandis qu’un certain nombre de jeunes filles se placent comme bonnes à Paris. C’est en partie à cette émigration des mariables qu’est dû le chiffre si faible de la nuptialité. Mais il tient aussi à ce qu’un certain nombre de petits propriétaires cultivateurs renoncent au mariage pour ne pas se créer de charge de famille. On me citait quatre frères qui sont restés célibataires toute leur vie par crainte de diviser leur patrimoine et de ne plus pouvoir vivre sans aller travailler chez les autres, ce qu’ils considèrent comme une insupportable déchéance.

Millet JeanFrançois
La fileuse
Millet JeanFrançois
La fileuse
 

[ … ] L’émigration d’une partie des habitants les plus pauvres n’empêchent pas ceux qui restent de conserver une natalité élevée. Aussi, 15,3 % des familles ont de cinq à sept enfants. Toutes les familles de sept enfants et plus sont très pauvres et mendient.

Des aumônes répandues sans discernement ont tellement multiplié la mendicité que beaucoup d’habitants s’y laissent aller sans y être contraints par le dénuement. Il y a cinq ans, le conseil municipal ayant reçu une somme [de l’Etat ] pour la distribuer aux indigents, il s’en présenta une telle affluence qu’il fallut faire un choix, et l’on en retint cent, ce qui formait à peu près le quart de la population. [ … ]

Millet Jean François
Le repos des faneurs
Millet Jean François
Le repos des faneurs

À Auderville, commune de petits propriétaires cultivant eux – mêmes, peu de naissances et pas un mendiant. À Digulleville, commune de grande propriété et de fermage, un quart de mendiants et 22 naissances naturelles pour 100. [… ]

Digulleville, avec sa forte natalité, son excès des naissances sur les décès, son prolétariat agricole, ses nombreuses naissances illégitimes, sa faible proportion de propriétaires et son grand nombre de mendiants, tranche nettement sur les autres communes du canton.

Mairie de Digulleville

rue Dezert

50440 DIGULLEVILLE

Tél. 02 33 52 68 25 - Fax. 02 33 52 68 71

Courriel : mairiedigulleville@west-telecom.com